• Eglogue

    .

       

    .

    « Plénitude ...Ventre à ventre ... »
  • Commentaires

    1
    Mardi 21 Avril 2015 à 05:17
    Nous errions, elle et moi, dans les monts de Sicile.
    Elle est fière pour tous et pour moi seul docile.
    Les cieux et nos pensers rayonnaient à la fois.
    Oh! comme aux lieux déserts les coeurs sont peu farouches!
    Que de fleurs aux buissons, que de baisers aux bouches,
    Quand on est dans l'ombre des bois!

    Pareils à deux oiseaux qui vont de cime en cime,
    Nous parvînmes enfin tout au bord d'un abîme.
    Elle osa s'approcher de ce sombre entonnoir ;
    Et, quoique mainte épine offensât ses mains blanches,
    Nous tâchâmes, penchés et nous tenant aux branches,
    D'en voir le fond lugubre et noir.

    En ce même moment, un titan centenaire,
    Qui venait d'y rouler sous vingt coups de tonnerre,
    Se tordait dans ce gouffre où le jour n'ose entrer ;
    Et d'horribles vautours au bec impitoyable,
    Attirés par le bruit de sa chute effroyable,
    Commençaient à le dévorer.


    Alors, elle me dit: "J'ai peur qu'on ne nous voie!
    Cherchons un antre afin d'y cacher notre joie!
    Vois ce pauvre géant! nous aurions notre tour!
    Car les dieux envieux qui l'ont fait disparaître,
    Et qui furent jaloux de sa grandeur, peut-être
    Seraient jaloux de notre amour !"

    Victor Hugo. Églogue - Les Contemplations - Livre II, 1856



    Suivre le flux RSS des commentaires de cet article


    Vous devez être connecté pour commenter